Rappel des règles de circulation en interfile

La circulation inter-files des deux ou trois-roues motorisés est expérimentée dans les huit départements d’Île-de-France (ainsi que dans les Bouches-du-Rhône, la Gironde et le Rhône) depuis le 1er février 2016 pour une durée de quatre ans. Elle est autorisée dans ces départements dans le respect de certaines règles de sécurité, afin d’être mieux partagée par tous.

Pour rappel et pour votre sécurité, vous trouverez ci dessous les documents rappelant les règles à respecter (cliquez sur les images):

 

 

Compte rendu: CPM Sensibilisation au premiers secours du 07/01/2018

Compte rendu: CPM Sensibilisation au premiers secours du 07/01/2018

Vous trouverez ci dessous le compte rendu de la journée de Sensibilisation au premiers secours telle que Guillaume l’a vécu:

Mes meilleurs vœux à tous pour cette année 2018.

Celle-ci a commencée par l’honneur de recevoir la tâche d’écrire le CR, suite à mon arrivé à 10h pour un session commençant à 9h30. C’est en soit un peu plus que le quart d’heure de politesse.

Manque de bol, ce matin après avoir prévu de faire passer ma batterie sur mon Optimate pendant les vacances, j’ai eu quelques soucis à la remonter ce dimanche matin, n’ayant pas beaucoup de dextérité avec mon tournevis. Premier enseignement de la journée, préparer sa bécane la veille d’une sortie pour éviter tout retard.

Après 45 min de route, me voilà dans sur les bancs d’une école d’une classe de 5eme pour écouter religieusement le cours du Professeur Pascal prof de secourisme pour les accidents de moto.

Le cours magistral dispensé ce matin se concentre sur les actions à mener en cas d’accident. Basée sur une théorie et des recherches très avancées de scientifiques de renoms, la méthode infaillible à adopter si vous rencontrez au détour d’une ballade moto un motard ayant de mordu le bitume est de P.A.S. ! Pas quoi ? Pas comment ? Mais bon sang faîte appel à votre bon sens : ça signifie Protéger, Alerter, Secourir.

–        Protéger le lieu d’accident pour éviter le sur accident

–        Alerter les secours (15 Samu, 18 Pompier, 112 numéro européen)

–        Secourir, ou plutôt assister dans la mesure du possible en attendant les secours.

Heum, comment « assister dans la mesure du possible » sans faire trop de conneries quand on ne sait pas grands choses des premiers gestes de secours ?? Professeur Pascal, ayant reconnu la nôtre ignorance nous  laisse le suspense de découvrir les gestes de premiers secours qu’après le déjeuner (ce qui m’arrange d’ailleurs, car mon cortex plus occupé à savoir comment nourri ma pense commence à être dissipé et à porter son attention sur tout autre chose que les mots du Professeur).

Retour, sur les bancs de l’école, la digestion commence par des exercices pratiques d’intervention sur un blessé – flairant bon l’occasion de faire un petit somme digestif je vous la victime. Tandis que me camarades s’affairent autour de moi en me criant « Monsieur, Monsieur, vous m’entendez ? Serrez-moi la main » je reste impassible. Enfin, jusqu’à les secouristes en herbent tourbillonnant autour de moi en criant « Mais non il ne fallait pas lui plier le bras ! Attention, tu lui arrache le casque et les cervicales au passage !  Monsieur, Monsieur comment qu’on fait pour le mettre en position de sécurité sans lui dézinguer la colonne vertébrale ? » Ah la digestion ne sera pas de tout repos.

Après quelques répétitions nous avons collectivement réussi à pratiquer la mise sur le dos d’une victime, le retrait du casque, la vérification de la ventilation, la mise en position de sécurité latérale et le massage cardiaque accompagne de l’utilisation d’un défibrillateur.

Sous un tonnerre d’applaudissements, nous nous congratulons de notre réussite dans l’acquisition des gestes qui sauvent, et enfourchons nos bécanes en nous saluant pour notre prochain rendez-vous.

Sur le chemin, du retour mon cerveau cogite et me dis que tout compte fait mieux vaux à ne jamais avoir besoin de se servir des gestes qui sauvent, et donc à ne jamais avoir d’accident.

 

Merci à tous les participants qui ont assisté à cette super journée, bravo à Alain, Arnauld et Pascal pour l’organisation ainsi qu’à Guillaume pour avoir rédigé ce CR.

Immense merci à Patrick, notre moniteur Premier Secours du jour ainsi qu’Eric et le College Notre Dame d’Enghien les Bains pour le prêt des salles.

CPM Sensibilisation aux 1ers Secours, dimanche 7 janvier

CPM Sensibilisation aux 1ers Secours, dimanche 7 janvier

Le dimanche 7 janvier nous vous proposons de participer au CPM de sensibilisation au 1ers secours.

Celui ci se tiendra au Collège Notre Dame d’Enghien les Bains.

Vous pourrez stationner les motos à l’intérieur de collège, par contre, comme c’est situé au milieu des habitations, nous vous demanderons de couper les moteurs en arrivant au portail et de stationner vos moto à la poussette.

Le planning de la journée:

  • 9h30: Arrivé des participants au CPM, attention, veillez à être bien a l’heure car nous fermerons le portail à 10h00 au plus tard et vous ne pourrez plus accéder au College.
  • 10h00: Séparation en 2 groupes pour suivre le CPM
  • 12h30: Déjeuner, nous proposons pour ceux qui le souhaite nous vous proposons de déjeuner dans une Pizzeria à 5 minutes à pied du Collège. Pour ceux qui ne préfère, il y a aussi des Fast food et la possibilité de déjeuner au chaud au collège.
  • 14h00: Inversion des groupes du matin et de l’après midi
  • 17h30: fin de la journée

Compte rendu: CPM équipement du motard du 03/12/2017

Vous trouverez ci dessous le compte rendu du CPM équipement du motard vu par François:

Ce matin, la journée a bien commencé puisque j’ai décroché le droit de vous faire le « CR », ce qui me donne l’occasion de vous dire combien j’apprécie l’ambiance chaleureuse, conviviale et franchement sympathique du CASIM78. Et pas seulement de la part de nos « monos », mais de tous ses membres. C’est un vrai plaisir de vous retrouver aux différents CPM.

Bon, pour l’anecdote, j’ai obtenu ce privilège pour être arrivé à 10h30 au lieu de 09h30. Ce n’est pas un record, mais ça reste très honorable.
Ça m’a permis de ne pas avoir subi le musée des horreurs de la première partie de séance, énonçant les malheurs qui nous attendent à vouloir rouler à moto. Crâne fendu, mâchoire disloquée, jambes explosées, bras désarticules et autres surprises qui vous clouent sur un lit d’hôpital pour quelques semaines… 

Donc, je vous fait un compte rendu de ce que j’a retenu de la seconde partie de l’exposé sur l’équipement obligatoire ou fortement recommandé, suivi de la présentation des gilets airbag et leur fonctionnement.

Les équipements obligatoires du motard sont tout d’abord le casque homologué E ou NF. Vérifiez qu’il possède bien la norme E22.
SHARP, laboratoire de test des casques publie sur son site les résultats pour un grand nombre de modèles. Vous pouvez le consulter sur le lien https://sharp.dft.gov.uk/ (en anglais).

 

Le port de gants homologués est obligatoire depuis 2016. Ils doivent posséder la norme CE dédiée en tant qu’EPI ou la norme EN 13594.

Le gilet haute visibilité (zones réfléchissantes) conforme aux normes EN 471 et EN 1150 doit obligatoirement être à portée de main depuis 2016 également.

Les équipements de moto facultatifs mais recommandés sont :

  • Les coques pour pour les épaules/coudes/hanches/genoux, qui doivent posséder la norme EN 1621-1 garantissant la protection contre les chocs sur les articulations des motocyclistes ; il existe des protections en D3O qui est un matériau de haute techno intéressant pour ses qualités mécaniques.
  • Les équipements pour le dos, soumis à la norme EN 1621-2 qui teste les protecteurs dorsaux. Le port de la dorsale est hautement recommandé. Elle existe en D3O pour les vestes et blousons. Pascal recommande, quant à lui, la protection autonome avec bretelles et ceinture qui descend plus bas sur le coccyx et garantit donc une meilleure protection. Pour les CPM « piste », ce type de dorsale est obligatoire.
  • Les protections thoraciques, homologuées EN 1621-3 ; on en a pas parlé, sauf si je me suis assoupi à ce moment-là. Mais comme je ronfle fort, une bonne âme me l’aurait fait remarquer ! 
  • Les bottes, concernées par la norme EN 13634. Il faut s’assurer que les chevilles sont bien maintenues et protégées. Evitez les baskets « moto » non renforcées au niveau des malléoles.
  • Les vêtements (blousons, pantalons et combinaisons), respectant la norme EN 13595. Compte tenu des statistiques accidentelles, le pantalon doit faire l’objet de toutes les attentions.

La plupart de ces normes sont divisées en deux niveaux de performance, le niveau 2 étant le meilleur. Attention, le prix n’est pas une preuve de plus grande sécurité. Il faut vérifier le niveau de performances et viser le meilleur rapport Qualité/Prix.

En toute dernière partie de la séance, nous avons eu une démonstration du gilet airbag. Oui, Pascal a percuté une cartouche de gaz sur le pauvre cobaye vivant qui s’est prêté au jeu. On pleure facilement quand il s’agit d’animaux de laboratoire, mais force est de constater qu’on est beaucoup moins sévère lorsque que l’animal est du genre homo-sapiens sapiens. Là, pas de manifestation, pas de révolte, nous avons suivi l’expérimentation avec un intérêt certain. Fort heureusement, tout s’est très bien passé, la cartouche était une balle à blanc. Le sang n’a pas coulé !

Je ne vous cache pas que j’attends avec une certaine impatience l’achat groupé que Pascal nous a promis en janvier 2018. Donc, après Noël… mais avant Pâques 

Patience !

Vous savez presque tout, mais ça ne remplace pas tous les bons conseils qui nous ont été prodigués lors de cette matinée. Les absents ont encore tort !

Merci à tous les participants et aux encadrants qui sont venu donner un coup de main, bravo a François pour ce compte rendu même si j’ai corrigé certains points, il a vraiment du s’endormir a quelques moments du CPM.